La chaîne saute, ses maillons vibrent et grincent au contact des pignons. Le vent s’engouffre dans les interstices du cadre et résonne au contact du métal. La gomme, surchauffée par son corps à corps avec le bitume, laisse échapper un soupir. Le souffle court et strident du coureur accompagne les rotations de pédale tandis que la sueur siffle imperceptiblement en s’échappant du visage éreinté du forçat de la route.