Avoir la chance d’accéder au meilleur de la presse cycliste et partager un extrait qui a retenu l’attention : telle est l’intention de cette nouvelle rubrique de Gravillon baptisée « Morceau choisi ».

Nouvel invité de cette série d’articles qui rend hommage à l’écrit, à l’encre et au papier : le magazine Cycle! dans sa déclinaison été 2018.

Dans cette édition estivale, Cycle! s’attarde sur le parcours d’Eugène Gréau, le « grand Gégène », champion cycliste français, tragiquement disparu en déportation en 1943. Enfant de Loudun, ville située dans le département de la Vienne, Eugène a participé au Tour de France en 1926, en 1927 et 1929 et rapporté à qui voulait l’entendre, dans son magasin de cycles ou dans les rues de Loudun, la rudesse de la Grande Boucle. Ce numéro 11 de Cycle!, dans cet article titré « Eugène Gréau – La nuit et el brouillard » (textes : Michel Dalloni) va au-delà du simple récit cycliste et s’intéresse à un homme déporté dans un camp sur le motif de « menées communistes ». Des temps sombres. Nacht und Nebel.

Morceau choisi :
« Le Tour 1929 est une vacherie. Vingt-deux jours de course. Sept jours de repos. Cinq mille deux cent soixante-seize kilomètres en forme d’hexagone. Cinq départs de nuit. Six étapes de montagne. Treize cols dont le Tourmalet, Allos et le Galibier. Du Soleil. Du vent. De la pluie. Des routes innommables ».