Ces pluies diluviennes sont un appel au roulage. Une incitation au bain de boue. Car, quand le temps de l’étouffement estival est révolu, vient l’époque des grandes messes automnales. Le cyclocross entre dans sa période faste, les chemins enfin rendus à une salvatrice gadoue. « For the love of mud », le film de Benedict Campbell, sublime la souffrance des hommes et des mécaniques parmi les ornières et les cassis. Les forçats ont quitté la route pour se jeter sur les chemins.